« L’intensification de la vie nerveuse » : Paris, Berlin et les symphonies urbaines

Projection au cinéma La Fourmi (68 rue Pierre Corneille, 69007 Lyon), le mercredi 18 novembre à 20h. Entrée à 4 euros dans la limite des places disponibles, sur réservation (écrire à Dario.Marchiori@univ-lyon2.fr).

image présentation séance 18 novembre (Rien que les heures)

Rien que les heures (Alberto Cavalcanti, 1926, 47 minutes)

Berlin : Die Symphonie der Großstadt (Walther Ruttmann, 1927, 65 minutes)

En 1903, Georg Simmel décrivait la vie du citadin de la grande ville moderne (il pensait notamment à Berlin) comme étant soumise à « l’intensification de la vie nerveuse ». À partir des années 1920, un courant du cinéma documentaire d’avant-garde proposera des interprétations de la ville moderne dans toutes ses facettes, en utilisant l’expérimentation formelle pour traduire le dynamisme et les contradictions de la grande ville. Le sujet du film n’est plus l’individu mais la foule, et surtout la ville en tant qu’ensemble machinique ou organique.

experimentation documentaire affiche RuttmannParis et Berlin seront parmi les premières métropoles qui se trouvent représentées par ce courant cinématographique qui réunit regard expérimental et regard documentaire. Les deux films qui seront projetés montrent un dialogue à distance entre un cinéaste brésilien tournant à Paris, Alberto Cavalcanti, et un artiste qui avait réalisé des films abstraits et qui va poursuivre son oeuvre sous le nazisme, Walther Ruttmann. Cela donnera lieu à deux expériences de cinéma à la fois semblables et fort différentes, et à un dialogue culturel à distance entre la France et l’Allemagne.

Une séance organisée en lien avec le Colloque International L’expérimentation documentaire (19-21 novembre 2015) par Débordements cinématographiques, l’Université Franco-Allemande et le Master EFMS de l’Université Lyon 2. Avec la collaboration du Goethe-Institut Lyon et du cinéma La Fourmi.