Projection de Lettre à la prison (Marc Scialom, 1969-1970 / 2009) : Marseille, Tunisie ?

lettre-a-la-prison-diffractionsÉcrivain, cinéaste, enseignant, chercheur, traducteur… Marc Scialom est un auteur qui traverse les arts et les pratiques, en traçant un cheminement singulier et cohérent qui réunit et met en tension les cultures et les arts. D’origine italienne, né à Tunis, exilé en France depuis les années 1960, il a été tenté par le cinéma en réalisant trois court-métrages, En silence (1957, perdu), Exils (1966, Lion d’argent à Venise en 1972) et La Parole perdue (1969), avant de se lancer dans un long-métrage d’une ambition et d’une force uniques: Lettre à la prison.

Lettre à la prison raconte l’histoire d’un jeune Tunisien immigré en France, de plus en plus inquiet et perdu, hanté par ses mémoires. Dans ce film d’autodidacte, débordant d’incandescence et d’aspérités, Godard rencontre le « cinéma de poésie » pasolinien, Eisenstein fait alliance avec Marker. D’une modernité saisissante, le film sera abandonné faute de financements, et aucune copie ne sera tirée pour projection ; il resurgira grâce à la détermination de la fille de Marc Scialom, Chloé, qui le fera restaurer et sortir en salle en 2009, en déclenchant l’admiration des critiques et des cinéphiles et entraînant l’envie de faire un autre film. Ce sera le remarquable Nuit sur la mer (2012), deuxième long-métrage et dernier film en date de Scialom, qui se consacre désormais entièrement à la littérature – ses derniers ouvrages sont Les autres étoiles (2015) et Invention du réel (2016).

Projection au cinéma La Fourmi (68, rue Pierre Corneille, 69003 Lyon) le vendredi 4 novembre à 20h30, en présence du cinéaste. Entrée gratuite pour les étudiants et pour les enseignants-chercheurs.

Un événement organisé dans le cadre du Colloque « Puissances esthétiques des lisières culturelles », Lyon 2, du 3 au 5 novembre 2016.